Liste des ouvrages


disponible
175€
 
ajouter à ma commande

Jules Breton Vachon Marius

Jules Breton Vachon Marius

Jules Breton
Vachon, Marius


A. Lahure, imprimeur-éditeur, Paris, 1899.


French Painting - 19th Century - Jules Breton - Northern France - Peasants in Northern France - Monographs - Text in French - Rare Book - Half leather Binding - Book in Fairly Good Condition

In-4, demi-chagrin marron à coins, dos à cinq faux-nerfs, titre en lettres dorées ("Les Maîtres contemporains"), titre et nom de l'auteur en tête, tête dorée, 148 pp.
Avec de très nombreuses illustrations.
Autoportrait de l'artiste en frontispice, nombreuses reproductions -en bistre ou en sépia- de dessins en fac-similés in texte et en hors-texte, quelques photographies en noir et 18 reproductions sous-serpente de peintures en héliogravure en hors-texte.
Bon état. Dos et coins légèrement frottés avec quelques épidermures, des rousseurs sur les gravures.


afficher le sommaire

Préface : La nature. - Le paysan. - La vie rustique dans l'Ecole française.  - Notes biographiques : Enfance et jeunesse. - L'atelier de Drolling. - Les sources d'inspiration : La vie des champs. - L'amour de la nature. - Esthétique et métier : La vision.- La réalité. - Le rêve. - L'Artois : Courrières. - "La Bénédiction des blés". - "Plantation d'un calvaire", etc. - La Bretagne : Les Pardons. - "Les Lavandières". - "La Fontaine", etc. - Caractères généraux de l'oeuvre. - Catalogue de l'oeuvre de Jules Breton. - Table des chapitres. -  Table des planches hors-texte. - Table des gravures dans le texte. - Table des gravures hors-texte.


Inspecteur au ministère de L'instruction publique et des Beaux-Arts, Marius Vachon (1850-1928) est ensuite devenu conservateur du musée d'art et d'industrie de Saint-Etienne. Historien et critique d'art, il est notamment l'auteur d'imposantes monographies d'artistes académiques de la fin du XIXe siècle : Detaille, Bouguereau et Jules Breton.


Publiée en 1899, la monographie de Jules Breton (1827-1906) rend un hommage vibrant au peintre artésien,  né à Courrières en 1827, où il demeura une grande partie de son existence. L'oeuvre de ce "peintre paysan" est un hymne à la vie des champs -en Artois et en Bretagne- qui tempère le métier traditionnel et la dimension allégorique par une observation réaliste d'une acuité certaine. Son souhait humanitaire de faire rentrer les "humbles" dans sa peinture ("L'art leur fera les honneurs, autrefois réservées exclusivement aux Dieux et aux Grands", écrira-t-il dans ses souvenirs) avait une portée polémique lors de ses premières oeuvres avant de correspondre progressivement au naturalisme édifiant prôné par la Troisième République. 

Breton fut également un écrivain prolifique, "un peintre doublé d'un poète". Sa Vie d'un artiste, parue en 1890, retrace les moindres étapes de son existence de rapin quarante huitard devenu peintre de l'Institut. En particulier sa rencontre décisive avec le peintre belge Félix de Vigne qui décida en 1843 de sa carrière artistique plus qu'improbable :


"Pendant les vacances de 1843, mon oncle, revenant de Lille, se trouva par hasard près de F. de Vigne, dans la fameuse carriole de Maximilien Robespierre [...]. Mon oncle lui parla de moi, et pour l'attirer chez nous, il lui commanda son portrait. De Vigne arriva donc un jour, avec sa boîte et sa toile, et l'on devine facilement quel événement ce fut chez nous! Avec quelle attention religieuse je suivis les différentes phases de son travail, sa mise en place à la craie, son crayonnage, son ébauche [...]. Je montrai à Félix de Vigne mes essais {...] Il proposa à mes parents de me prendre à l'essai, promettant de se prononcer catégoriquement après trois mois d'étude sous ses yeux. Mes parents y consentirent ; ô joie! Je montai à ma chambre, et saisissant mes livres de classe, je les lançai vingt fois au plafond [...]"  Le 15 octobre 1843, Jules Breton quittait Courrières et entrait à l'Académie royale de Gand.

"
 

 



SUR LE MÊME THÈME