Liste des ouvrages


disponible
280€
 
ajouter à ma commande

Corot raconte par lui meme 2 tomes en 2 volumes Moreau Nelaton Etienne

Corot raconté par lui-même, 2 tomes en 2 volumes
Moreau-Nélaton, Etienne


Henri Laurens éditeur, Paris,1924.


In-4, deux volumes brochés sous couverture rempliée illustrée en noir et blanc, 143 et 189 pp.
Le premier volume contient une photographie et un envoi autographe signé de l'auteur.
Edition originale ; un des cent exemplaires numérotés de I à 100 réservés à l'auteur (ex. n°9) sur un tirage de 600 exemplaires.
Avec 172 et 111 reproductions sous serpente en noir et blanc en hors-texte.
Bel exemplaire.


afficher le sommaire

Tome premier : Histoire de Corot et de ses oeuvres : avant-propos. I. Premières années (1796-1825) - II. Premier voyage en Italie (1825-1828) - III. Etude et intimité. La Normandie et Fontainebleau. Premier tour de France (1828-1834) - IV. Deuxième voyage en Italie (1834) - V. Années de lutte. Premières grandes oeuvres : Agar, Saint Jérôme, Silène, Le Soir (1835-1839) - VI. Succès artistique, indifférence publique. Le Petit Berger, L'Incendie de Sodome, L'Homère. Amitiés et voyages. La Légion d'Honneur (1836-1840) VII. Faveurs officielles et disctinctions professionnelles. Deuils intimes. Le Baptême du Christ, Le Christ au jardin des Oliviers, La Danses des nymphes (1847-1851) - VIII. Premiers acheteurs. Vagabondage d'étude : Arras, La Rochelle, le Limousin, la Suisse, la Hollande. Le Saint Sébastien. La Iere Exposition universelle (1851-1855) IX. Grandes oeuvres de style. Simplification et synthèse. L'Incendie de Sodome et Le Concert transformés. Dante et Virgile ; La Toilette. Doctrines esthétiques et procédés techniques. Influence du théâtre. MacBeth et Orphée (1855-1861). Tome deuxième : X. Nature et imagination : l'étude à Méry et le souvenir de Mortefontaine. Lutte pour la médaille d'honneur : La Bacchante et le souvenir du lac de Nemi. Grande renommée. La Vue de Marissel et l'Exposition de 1867. Mantes et Ville d'Avray. Les Figures (1860-1870) - XI. Le Salon de 1870.  La guerre et la Commune. Douai et Arleux du Nord. Causeries et souvenirs. XII. Laborieuse fin de carrière. Tyrannie du succès. Richesse et charité. Entretiens sur l'art et sur la vie (1872-1874) - XIII. Les derniers jours et la mort. XIV. Trente ans d'apothéose (1875-1905) - Le roman de Corot - Table des gravures.


Héritier, peintre et céramiste, collectionneur devenu historien d'art, Etienne Moreau-Nélaton (1859-1927) fut un des grands donateurs de son temps. Son attrait pour la peinture de paysage n'est pas sans doute pas étranger à son passage dans l'atelier d'Henri Harpignies, qui l'initia notamment à la peinture à l'huile à Saint-Privé. Moreau-Nélaton acquiert régulièrement des oeuvres de Corot : pas moins de cinq en 1899, dont Le Pont de Narni, Volterra et Le Lac de Brienz en 1900, L'Eglise de Marissel en 1904. Le collectionneur se métamorphose en historien à l'occasion de la mort d'Alfred Robaut, le gendre de Constant Dutilleux, qui fut l'ami et l'un des premiers acheteurs de Corot : "Le hasard, écrit Moreau-Nélaton dans son avant-propos, m'a conduit vers le fervent de Corot qui s'est appelé Alfred Robaut à l'heure où la défaillance de ses forces l'arrachait au monument destiné par lui à la glorification du maître bien-aimé qui, pendant quarante ans avait occupé ses efforts. [...] Appelé par un singulier retour à devenir son collaborateur de la dernière heure, j'ai exécuté fidèlement, dans cette tâche, le plan de l'auteur dont je prenais la place."
L'oeuvre de Corot (1905), autrement dit le fameux "Robaut", ne comportait pas moins de quatre volumes consacrés au catalogue de l'oeuvre ; à cet ensemble monumental auquel il avait plus que collaboré, Moreau adjoignit un volume supplémentaire : L'Histoire de Corot, opus écrit à partir de sa correspondance et des confidences de ses carnets, afin de faire "vibrer la voix" de l'artiste. Dès 1905, l'ouvrage surnuméraire connut une première réédition, séparément de l'ensemble. La possibilité de republier de façon autonome un fragment de cette vaste publication révèle l'intuition éditoriale de l'auteur.
La somme publiée en 1924, Corot raconté par lui-même, est en grande partie une reprise de l'édition de 1905. "Malgré son titre inédit, reconnaît modestement Moreau-Nélaton, c'est une fleur d'antan qu'on se pique de faire refleurir. [...] Toutefois, en faisant peau neuve, ces lignes qui entrent dans leur vingtième année, se sont grossies de quelques pages plus jeunes, issues de la même veine que leurs devancières." La grande nouveauté de cette parution réside dans l'usage novateur de l'illustration -la dédicace de l'auteur au photographe Yvon en fait preuve. Aux antipodes de la photographie unique de catalogue destinée à la simple identification de l'oeuvre, l'illustration devient ici une composante à part entière de l'évocation d'une oeuvre, le support d'une discrète confession intime, "propre à éclairer tous les mots du texte", selon la formule de Louis de Launay. Son abondance fait l'objet d'une véritable composition visuelle, évocation poétique qui n'est pas sans rappeler le charme intimiste de la musique de chambre française du début du XXe siècle.
 

 



SUR LE MÊME THÈME