Liste des ouvrages


disponible
55€
 
ajouter à ma commande

Relation d un voyage a Bruxelles et a Coblentz 1791 Louis Stanislas Xavier de France Louis XVIII

Relation d un voyage a Bruxelles et a Coblentz 1791 Louis Stanislas Xavier de France Louis XVIII

Relation d'un voyage à Bruxelles et à Coblentz (1791.)
Louis-Stanislas-Xavier de France (Louis XVIII)


Delongchamps, libraire, Paris, 1823.


In-12, broché sous couverture papier d'époque de couleur verte, pièce de titre en papier, vii, 125 pp.
Avec un portrait gravé de Louis XVIII en frontispice.
Assez bon état. Marques du temps en couverture, usure inégale des bordures et des coins, des rousseurs.


afficher le sommaire

Dédicace à Antoine-Louis-François d'Avaray, Son libérateur.


"La Providence ne pourra jamais m'ôter autant qu'elle m'a donné, en m'accordant un ami comme mon cher d'Avaray", écrivait Louis XVIII de son compagnon d'exil. Antoine-Louis-François d'Avaray (1759-1811), comte puis duc d'Avaray (1799) avait été nommé colonel au régiment des Boulonnais ; il le commanda en chef au camp de Saint-Omer en 1788. Monsieur, comte de Provence, le choisit dans le plus grand secret pour l'accompagner hors de France en 1791. Il fut décidé que la comtesse de Balbi, maîtresse de Monsieur, partirait seule pour Bruxelles, alors que le frère du roi, accompagné de d'Avaray, la rejoindrait en suivant un autre itinéraire et en se faisant passer pour un Anglais.
D'Avaray joua un rôle capital dans la réussite de cette entreprise hasardeuse, dont la date fut fixée au lundi 20 juin 1791. "Ensemble, ils examinèrent comment s'évader du Petit Luxembourg , quel chemin prendre pour atteindre la Belgique, et choisirent d'utiliser des chevaux de poste plutôt que d'avoir recours à des relais, afin de ne pas éveiller l'attention. A la date fixée, sitôt après le coucher, Monsieur et d'Avaray quittent le palais à pied et montent dans un fiacre qu'ils abandonnent à la Monnaie avant de retrouver leur voiture près du Collège des Quatre-Nations. "Au Bourget, lance avec un terrible accent anglais le comte d'Avaray. ILs sont désormais Michel et David Foster. La grande aventure commence." (Encyclopédie des gens du monde, répertoire universel des sciences, des lettres et des arts (...), Paris, librairie De Treutell et Würtz, 1833)
Rédigé par le futur roi Louis XVIII, l'opuscule autobiographique relate le périple riche en inquiétudes du comte de Provence jusqu'à Coblence, où il s'en fut rejoindre son frère le comte d'Artois. La réparation d'une roue brisée à Avesnes-sur-Helpe, qui retarde l'équipage, le passage de la frontière belge à la nuit tombante avant les retrouvailles à Mons avec la comtesse de Balbi, l'étape liègeoise sur la route de Coblence et la nouvelle de Varennes... constituent autant de péripéties destinées à mettre en valeur la fidélité et le dévouement de son "libérateur". Peu enclin aux épanchements, le roi Louis XVIII célèbre inlassablement sa reconnaissance envers son compagnon de fortune en faisant preuve d'un lyrisme pour le moins inhabituel : "Nous partîmes le 3 juillet pour Liège [...]. Commes nous étions beaucoup de monde, et que la maison n'était pas vaste, nous n'eûmes, d'Avaray et moi, qu'une même chambre. Cette circonstance, qui me rappelait le temps peu éloigné où voyageant à peu près dans le même pays, nous existions seuls l'un pour l'autre sur la surface de la terre, me fit un vrai plaisir." (p. 120)
 

 



SUR LE MÊME THÈME