L Ecole normale d instituteurs de Douai de 1834 à 1961 - Canivez, André
--VENDU--

L'Ecole normale d'instituteurs de Douai de 1834 à 1961

Canivez, André

Imprimerie commerciale, Douai, 1962.
In-8, broché sous couverture souple illustrée, 186 pp.

Envoi autographe signé de l'auteur en page de garde : " A l'ami Dorléant, avec mon meilleur souvenir".
Bon état. Frottement sans gravité en coiffe de tête.
Nombreuses illustrations en noir et blanc in texte.
Préface - Avertissement aux anciens normaliens de Douai - Avant-propos : Petite revue de l'enseignement primaire en France. Nécessité de la création des Ecoles normales - Première Partie : Une Ecole normale d'Instituteurs est installée à Douai - Chapitre premier : a) Le 2 janvier 1834, une Ecole normale d'instituteurs est installée à Douai pour les départements du Nord et du Pas-de-Calais. - b) Installations successives de l'Ecole normale de Douai. Malgré les occupations successives de locaux de plus en plus vastes, l'Ecole normale de Douai est toujours trop petite - Chap. II. Mobilier et matériel : Rudimentaire en 1834. Très confortables et suffisants en 1960 - Chap. III. Recrutements et effectifs : depuis les 18 élèves du début jusqu'aux 450 élèves d'aujourd'hui - Chap. IV. Personnel des maîtres : des maîtres adjoints de 1834 aux agrégés de 1960 - Chap. V. L'Ecole normale de 1920 jusqu'à 1940, date de sa suppression en même temps que les autres par Vichy - Chap. VI. L'Institut de formation professionnelle de 1941 à 1944. Ensuite à partir de 1945, époque de leur renaissance - Chap. VII. Les études et la formation professionnelle à l'Ecole normale de Douai de 1834 à 1960 - Deuxième Partie : Quelques anciens nous content leurs souvenirs - Oscar Tilloy, normalien du Second Empire. - Emile Lempereur et Wagon, de la promotion 1885-87. - André Canivez, promotion 1903-06. - Jouniaux, de la promotion 1914-17. - Ansart, Lenne, Marlière, de la promotion 1921-24. - Robert Mohen, de la promotion 1931-34. - X.., du temps de Granville. - M. Hickel, directeur de l'Institut de formation professionnelle sous la botte (Souvenir de l'occupation) - Troisième Partie : Ce qu'ils sont devenus - Souvenons-nous. - Ce que sont devenus les survivants des guerres. - L'avenir de l'Ecole normale de Douai - Table des matières.

La loi du 28 juin 1833 imposait à chaque département l'obligation d'entretenir une Ecole Normale, soit par lui-même, soit en coopération avec d'autres départements.
Le département du Nord n'avait pas attendu le vote d'obligation de juin 1833 pour envisager la création d'une Ecole normale et le vote de la loi précitée ne fit qu'accélérer son établissement. Dès le mois d'août 1833, les premiers crédits de fonctionnement étaient votés et le salaire du directeur fixé à 1.500 francs, contre 600 francs pour le maître-adjoint. Comme la loi le permettait, le département du Pas-de-Calais s'était mis d'accord avec le département du Nord pour envoyer ses élèves-maîtres à l'Ecole de Douai. L'organisation définitive de l'Ecole Normale de Douai était annoncée par le préfet du Nord, le baron Méchin, le 19 novembre 1833. Le candidat admis comme boursier -il fallait avoir 16 ans et être reconnu de bonnes moeurs- devait contracter l'engagement de servir pendant 10 ans au moins l'instruction publique en tant qu'instituteur communal. Manquait encore le local : le Maire de Douai offrit par délibération du 13 avril 1834 les locaux vétustes d'un ancien couvent.
Pourquoi Douai fut-elle choisie pour abriter l'Ecole normale d'instituteurs du département du Nord? La cité était  déjà le siège de l'Académie et le recteur y résidait ; de plus, Douai était de longue date le centre universitaire du Nord et conserva jusqu'en 1877 la faculté des Lettres et de Droit. La proximité de la ville avec le Pas-de-Calais fut à n'en pas douter un argument de plus en faveur de l'installation douaisienne.
Figure politique douaisienne, André Canivez (1887-1960), l'auteur de cet ouvrage, avait lui-même enseigné les mathématiques à l'Ecole normale de Douai. Né à Escaudain, dans une famille de mineurs, il était parvenu à suivre la formation d'instituteur à l'Ecole normale de Douai avant d'intégrer la faculté des Sciences de Lille. Adjoint au maire de Douai en 1945, il devint maire de cette ville de 1950 à 1959, en charge notamment de la reconstruction. Sénateur du Nord de 1950 à 1958, A. Canivez présida la Commission "Education nationale" du Sénat. En 1958, cette figure emblématique de l'idéal méritocratique républicain et de la foi dans le progrès par la connaissance créait aux Archives de Douai le premier service éducatif communal  de France.
Derniers ouvrages consultés

Douai - Ecole normale
>