La répression à Valenciennes après les troubles religieux de 1566 - Beuzart, Paul
--VENDU--

La répression à Valenciennes après les troubles religieux de 1566

Beuzart, Paul

Editions "Je sers", Paris, 1930
Grand in-8, broché, 146 pp.

Rare exemplaire.
Nous joignons le bon de souscription de l'ouvrage.
Etat moyen. Couverture défraichie avec manques de papier sur le dos et usure des tranches en certains endroits ; hormis une mouillure claire angulaire sur la presque totalité des pages, l'intérieur reste frais ; quelques annotations au crayon dans les marges.
Sources - Chap. I. Avant les troubles - Chap. II. Les troubles et la régente - III. Le siège - IV. Les supplices sous Marguerite de Parme - V. Les supplices sous le duc d'Albe - Liste des suppliciés après les troubles avec leur profession - Recueil du Besoigné des Commissaires du Roy notre sire à Valenciennes sur le faict des troubles et rébellion advenue en icelle ville (Archives générales du royaume de Belgique) - Index.

"Il n'est pas de pays où la Réforme ait été combattue avec plus de violence et plus radicalement détruite que dans les Pays-Bas espagnols." (Bulletin de la Société de l'histoire du protestantisme français, 1927, p. 469.)
L'ouvrage du pasteur Paul Beuzart confirme ce jugement. Jusqu'en 1567, Valenciennes, ville manufacturière au même titre qu' Armentières, fut l'une des capitales protestantes des Pays-Bas. Cette étude montre comment "le mouvement réformateur y a été noyé dans le sang. Elle est accompagnée du rapport des commissaires de Philippe II, chargés de l'enquête sur la révolution religieuse. Ce document capital était encore inédit, il comprend trente-six pages de texte serré. "
Commencés en juillet 1566, les prêches publics de Valenciennes continuèrent "jusqu'à la veille du bris des images. [...] A la différence de ce qui s'est passé en d'autres endroits où les édifices religieux ont été dévastés par des bandes venues du dehors, le saccagement de Valenciennes est l'oeuvre des habitants de la ville. [...] Les abbayes du voisinage, Hasnon, Vicoigne, Marchiennes furent ravagées par des partisans venus de la région de Tournai. Le peuple de Valenciennes détruisit les objets de piété, statues, images qu'il voulait rendre impropres au culte ; ce qui était précieux par sa valeur intrinsèque fut remis entre les mains du magistrat. [...] La nouvelle du bris des images et de la révolte fut accueillie en Espagne avec un cri d'horreur et de vengeance. Philippe II fut saisi d'un accès de rage. A Bruxelles, la régente avait pressenti les événements et immédiatement établi le lien entre la révolution religieuse et l'insurrection politique. Le 21 juillet 1566, elle écrivait au magistrat de Valenciennes en l'exhortant à la vigilance et à l'activité dans l'effort contre les prêches : "Pour ce que l'on voit le péril imminent d'une destruction et subversion générale et prochaine de la religion ancienne et catholique, ensemble de l'état public, s'il n'y est de toutes parts promptement obvié par tous les moyens possibles..."
On doit au pasteur Beuzart d'autres ouvrages sur la Réforme septentrionale : Les Hérésies pendant le moyen âge et la Réforme jusqu'à la mort de Philippe II (1598), dans la région de Douai, d'Arras et au pays de l'Alleu (Champion, 1912) et Le protestantisme en Thiérache (Champion, 1931).
Derniers ouvrages consultés

Valenciennes - 1566
>