Thomas Vinçotte - Devigne, M.
--VENDU--

Thomas Vinçotte

Devigne, M.

Brepols, S.A., imprimeurs-éditeurs, Turnhout, 1919.
In-12, plaquette agrafée de couleur grise, 33 pp.

Portrait de Vinçotte en frontispice
Bon état.
 Thomas Vinçotte (né à Borgerhout (Anvers) le 8 janvier 1850).

La collection d'études "Les Grands Belges" a été fondée par M. Eugène Bacha, conservateur des manuscrits à la Bibliothèque royale de Belgique afin de faire connaître la vie et l'oeuvre "de ceux de nos compatriotes qui se sont illustrés dans le domaine de la Science, des Beaux-Arts, de la Littérature et de la Politique."
Cette monographie parut du vivant du sculpteur Thomas Vinçotte (1850-1925), qui était devenu l'une des figures tutélaires de la statuaire officielle belge ainsi qu'en témoigne la commande tardive de la statue équestre du roi Léopold II, à Bruxelles. Originaire d'Anvers, Vinçotte avait rejoint l'Académie de Bruxelles où il fut notamment l'élève d'Eugène Simonis. Un long séjour parisien devait ensuite interrompre son cursus bruxellois : il fréquenta alors l'atelier de Cuvelier à l'école des Beaux-Arts, se lia à son compatriote Van der Stappen et au sculpteur français Jules Desbois. Pour sa première oeuvre importante -Giotto- le sculpteur reçut une médaille au Salon de Paris. Présentée au Salon de Bruxelles l'année suivante, son Giotto devait dès lors assurer la renommée de Vinçotte, "le statuaire-auteur du Giotto qui a figuré avec éclat à la dernière exposition."
A Paris, "il connut aussi Foucart -le frère de cette Anna Foucart dont Carpeaux a fait un si joli buste en deux éditions [...], et fut emmené par lui chez Carpeaux. Il y alla avec intérêt et curiosité et dans un sentiment d'enthousiasme et d'admiration. [...] Au moment où Vinçotte et Foucart entrèrent, le premier mot de Carpeaux à Vinçotte fut : "Bonjour!... et Rubens?" [...] La visite à Carpeaux est l'un des incidents de son séjour à Paris dont Vinçotte a gardé le plus vif souvenir." (M. Devigne)
Après son retour de Florence, sa vie calme et laborieuse, aux antipodes de l'exhubérance bohême de son contemporain Jeff Lambeaux, fut ponctuée de commandes officielles sans fin au point que ses détracteurs et concurrents malheureux n'ont eu de cesse de  dénoncer "les fabuleux privilèges dont jouit ce cumulard artistique." Le thème du conducteur de char retint son attention à partir de 1891 et lui valut de prestigieuses commandes de quadriges pour l'une des façades du nouveau musée des beaux-arts d'Anvers et, consécration institutionnelle, pour le couronnement de l'arc de triomphe du Cinquantenaire.
Cette monographie était l'une des premières publications de Marguerite Devigne (1884-1967), conservatrice et spécialiste de la sculpture qui occupa différentes fonctions aux Musées royaux des Beaux-Arts de Bruxelles de 1915 à 1949.
 
Derniers ouvrages consultés

Vinçotte - Devigne
>