Nord et Midi - Récits de voyage
				Belgique - Hollande - Provence - Provinces rhénanes - Vénasque - Gênes - Loudun, Eugène
Nord et Midi - Récits de voyage
				Belgique - Hollande - Provence - Provinces rhénanes - Vénasque - Gênes - Loudun, Eugène
--VENDU--

Nord et Midi - Récits de voyage
Belgique - Hollande - Provence - Provinces rhénanes - Vénasque - Gênes

Loudun, Eugène

Sanard & Derangeon, Editeurs, Paris, s.d.
In-4, reliure toile éditeur de couleurs rouge ornée de rinceaux noir et or, tête dorée, 319 pp.

Ouvrage orné de nombreuses planches et gravures in texte et en hors-texte, dont une en frontispice.
Bel exemplaire. Pli léger sur le dos.
Préface - Chapitre premier : Marseille capitale. La Major. Notre-Dame de la Garde. Le Golfe Jouan. L'Escadre. Pierre Loti. - Chapitre II. Avignon. Les Doms. Le palais des Papes. La ville. La chaleur. Le roi des vents. - Chapitre III. L'imagination provençale. Les Alyscamps. Les ruines. Les arènes de Nîmes. Le théâtre d'Orange. Le pont du Gard. Les lycées de filles. Les ruines de Sanxay. Paul Bert et le R.P.de La Croix. - Chapitre IV. Les petites villes montagneuses. Biot. Saint-Raphaël. Alphonse Karr. - Chapitre V. Les voyageurs. Allemands. Parisiens. Anglais. Le Progrès. Clermont. Aix. - Chapitre VI. Nice. Monaco. Monte-Carlo. - Chapitre VII. Le règne de Midi. Poètes. Orateurs. Guerriers. - Chapitre VIII. Gênes. Les palais. Le Campo-Santo. - Chapitre IX. Les Pyrénées. Lourdes. Biarritz. - Chapitre X. Une petite ville d'Espagne. Vénasque. La messe. Le jeu de la barre de fer. Le bal. Chapitre XI. En Belgique. Bruxelles. Les fêtes. Les monuments. La langue. Spa. Ostende. Le roi. - Chapitre XII. Les villes artistiques : Liège, Bruges, Gand, Anvers. Deux fous de talent. La Descente de croix. Le Rhin. Les collines factices. - Chapitre XIII. En Hollande. Amsterdam. La langue. La religion. La goutte. - Chapitre XIV. Rembrandt. Saardam et Pierre-le-Grand. La Haye. L'art hollandais. Paul Potter. - Chapitre XV. Allemands. Aix-la-Chapelle. Charlemagne. Le dôme de Cologne. L'art allemand. Post-Face. Table des matières.

Journaliste, critique d'art et écrivain catholique, Eugène Balleyguier (1818-1898), qui prendra le nom de sa ville natale comme pseudonyme, évolua d'abord dans l'entourage du Père Lacordaire et de Frédéric Ozanam. Il fut nommé à la bibliothèque Sainte-Geneviève avant de devenir sous-bibliothécaire puis conservateur à l'Arsenal ; jusqu'en 1861, l'appartement de fonction qu'il y occupait devint un salon littéraire d'un certain renom. Cet orléaniste devint un bonapartiste fervent, au point de militer activement pour le retour de Napoléon III  de longues années après Sedan. Il était en relation avec l'impératrice Eugénie en Angleterre, mais la mort du prince impérial, en 1879,  mit un terme à ses espérances politiques. Il lui devait lui consacrer un essai l'année de son décès en Afrique du Sud. Loudun fut par ailleurs proche du peintre réaliste Alexandre Antigna ; il rédigea le catalogue de sa vente après-décès en 1878.
Nord et Midi témoigne de la vogue pour la littérature de voyage au XIXe siècle. Fidèle à la loi du genre, Loudun érige en principe le code littéraire qui consiste à alterner oppositions topiques -septentrionales et méridionales- et aperçus généralisants, destinés à offrir au lecteur des informations culturelles en abondance. Influencé par les considérations déterministes de Taine sur le climat et le milieu, Loudun rapporte tout individu à un type préétabli, une "race' selon la terminologie usuelle de l'époque. "Ce livre, avoue l'auteur dans sa préface, est intitulé Nord et Midi, parce qu'on s'est proposé de montrer les caractères qui distinguent particulièrement deux races. Le Nord, la Belgique, hommes de tempérament calme, raisonnables, au jugement droit, appliqués, ne se laissant pas emporter par l'imagination, se décidant après une longue réflexion : au moyen âge, la Flandre était la patrie des peintres observateurs. Un peu plus loin, la Hollande, pays de lutte d'hommes tenaces contre la mer, luttes non d'un jour, mais continuelles, pour constituer leur sol et y vivre ; gens patients, paisibles, prenant le temps de calculer, commerçants probes et artistes consciencieux.
"Le Midi, la Provence, qui en France le résume et le représente : un peuple ardent, en dehors, passionné, tout de premier mouvement, s'enflammant, grossissant, agrandissant les choses, les hommes et les lieux, leur prêtant des qualités ou des défauts excessifs, c'est -à-dire, imaginant, créant : poètes. Le Midi mène le Nord, comme l'imagination mène la raison. [...] A un autre point de vue, la maritime Hollande, par ses luttes pour exister, représente le passé ; la commerçante Flandre, par son application au gain, le présent ; la Provence ensoleillée, par ses imaginations, l'avenir."
Sans doute convient-il de rattacher le méridionalisme de l'auteur à cette nostalgie méditerranéenne qui imprégna un pan de la culture française autour de 1900 ; le critique Théodore de Wyzewa, proche de certains membres du Félibre, n'opposait-il pas dans ces mêmes années "les filles du soleil" aux "fées enjoleuses du Nord"? Au fil des décennies, cette nostalgie culturelle prendrait chez certains théoriciens une dimension politique de plus en plus passéiste : au nom de la "grécité provençale", chère à Maurras et à ses thuriféraires, il fut alors de bon ton d'opposer "l'éternelle leçon" de "l'esprit gréco-romain" aux Lumières, au romantisme honni et à la... démocratie.

 
Derniers ouvrages consultés

Nord et Midi - Loudun, Eugène
>