Liste des ouvrages


disponible
26€
 
ajouter à ma commande

 p Ingres p p Les cartons de vitraux des collections du Louvre p p Foucart Jacques p

Ingres

Les cartons de vitraux des collections du Louvre


Foucart, Jacques


Editions de la R.M.N., les dossiers du musée du Louvre, n° 62, Paris, 2002.


In-8, broché sous couverture illustrée en couleurs, 119 pp.


Nombreuses illustrations et planches, dont 12 en couleurs.


Bon état d'ensemble. Un coin émoussé.



afficher le sommaire

Préface, par Henri Loyrette - Avant-propos, par Jean-Pierre Cuzin - Jacques Foucart : Introduction. - La série de Saint-Ferdinand. - La série de Dreux. - Histoire des cartons au lendemain de la pose des vitraux. - Cartons et vitraux : survol parallèle de leur fortune. - Considérations générales sur les séries de Saint-Ferdinand et de Dreux. - Ingres et le vitrail - Catalogue - Note sur les recueils Gatteaux-Marville et Guérinet. - Annexe : dessins de Viollet-le-Duc. - Liste des autres œuvres exposées et citées. - Bibliographie.



Ce catalogue a été édité à l'occasion de l'exposition-dossier Ingres - Les cartons de vitraux des collections du Louvre présentée au département des Peintures du musée du Louvre, à Paris [22 mai - 23 septembre 2002].


"Si les tableaux de Jean-Auguste-Dominique Ingres (Montauban, 1780 - Paris, 1867) constituent l'un des ensembles majeurs du Louvre, on considère trop peu les cartons de vitraux conservés dans ce même musée, que l'artiste réalisa entre 1842 et 1844 pour la chapelle Saint-Ferdinand et la Chapelle royale de Dreux.

"Rarement montrés depuis la grande rétrospective Ingres de 1867, qui les fit pratiquement sortir de l'oubli, ces vingt-cinq cartons furent exécutés par un artiste au sommet de son art, qu'avait bouleversé la mort tragique de Ferdinand, duc d'Orléans, dont il venait de peindre un admirable portrait.

"Le jeune prince, fils aîné de Louis-Philippe, chuta de voiture en juillet 1842, entre Paris et Neuilly, et le roi fit édifier à cet endroit une chapelle commémorative décorée de vitraux fabriqués à la manufacture royale de Sèvres à partir des projets d'Ingres. L'entreprise fut poursuivie à Dreux, la nécropole des Orléans où fut enterré Ferdinand, avec d'autres vitraux d'Ingres auxquels s'associa pour la partie ornementale le jeune et prometteur Viollet-le-Duc."




 



SUR LE MÊME THÈME