Liste des ouvrages


disponible
28€
 
ajouter à ma commande

 p L architecture de la periode stalinienne p p Kopp Anatole p

L'architecture de la période stalinienne


Kopp, Anatole


Presses universitaires de Grenoble/Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts, Paris, 1985.


Russian Architecture - 20th Century - Art and Soviet Revolution - 20's & 30's - Stalinism - Art and Politics - Moscow - Monographs - Text in French - Paperback - Good Condition

Fort in-8, broché sous couverture rempliée et illustrée en couleurs, 414 pp.


Nombreuses illustrations en noir et blanc en hors texte.


Bon état d'ensemble.



afficher le sommaire

Préface, par Ch. Bettelheim - 1. Introduction - 2. Une révolution culturelle : les années vingt - 3. Une période de transition : des années vingt aux années trente - 4. Des villes ou pas? - 5. Aux origines de l'architecture stalinienne - 6. Une doctrine : le réalisme socialiste en architecture - 7. Un banc d'essai : le concours pour le Palais des Soviets - 8. Une organisation : l'Union des Architectes de l'URSS - 9. Une méthode de travail : les ateliers de projets - 10. De la théorie à la pratique - 11. Conclusion - 12. Annexes - 13. Bibliographie - Table.



"Pour les révolutionnaires des années 20, architectes ou hommes politiques, c'était une société nouvelle et un nouvel environnement qu'il s'agissait d'édifier, dans lequel pourrait naître et s'épanouir cet "homme nouveau" de l'époque du communisme auquel Maïakovski s'adressait.

La résolution du Comité central de mai 1930 mit fin à cette période si riche de réflexion et d'imagination sur le mode de vie, l'aménagement de l'espace, la ville.

"Anatole Kopp montre dans cet ouvrage à travers des textes et citations des "nouveaux idéologues", à travers les projets retenus lors du concours pour le Palais des Soviets, à travers les grandes réalisations de cette période (l'université et le métro de Moscou par exemple), et aussi à travers des interviews, que l'architecture stalinienne est profondément marquée par le réalisme socialiste et par la "peur du nouveau".

"Comme le dit Charles Bettleheim dans sa préface : "cette peur semble bien être celle de la nouvelle classe privilégiée qui se consolide alors en tant que bourgeoisie d'Etat. Dans le domaine de l'architecture, elle conduit au "respect du passé" et, plus spécialement, des traditions architecturales capables d'entourer la nouvelle classe dominante du maximum d'apparat. De là, le goût pour l'architecture "grandiose", pour le gigantisme architectural, qui placent le maximum de distance entre les nouveaux dirigeants et les "simples gens"."



 



SUR LE MÊME THÈME