Liste des ouvrages


disponible
65€
 
ajouter à ma commande

 p Chinoiseries Le rayonnement du gout chinois sur les arts decoratifs des XVIIe et XVIIIe siecles p p Jarry Madeleine p

Chinoiseries - Le rayonnement du goût chinois sur les arts décoratifs des XVIIe et XVIIIe siècles


Jarry, Madeleine


Office du Livre, Fribourg, 1981.


In-4, reliure pleine toile éditeur sous jaquette illustrée en couleur, 258 pp.


Nombreuses illustrations et planches en noir et en couleur.


Bon état d'ensemble. Bordure supérieure de la jaquette un peu frottée.



afficher le sommaire

Introduction - I. Textiles et tentures en papier peint - II. La céramique : La porcelaine extrême-orientale importée en Europe. - Les imitations européennes. - La faïence : Le Portugal. Delft. Faïences allemandes. Faïences françaises. Faïences et grès anglais. La faïence italienne. - La porcelaine : Meissen et la porcelaine en Allemagne. La porcelaine française. La porcelaine anglaise - III. Les meubles : Le commerce des laques avec l'Extrême-Orient. - Recherches européennes pour imiter les laques chinoises et japonaises : Meubles hollandais et anglais : du "japanning" au style chinois Chippendale. - Marqueteries et laques en Allemagne. - Le meuble vénitien. - les maîtres laqueurs français. - Les meubles français décorés de laques. - Les marqueteries à décor de chinoiseries - IV. Les objets d'art : Marchands-merciers et collectionneurs - V. George IV d'Angleterre et l'exotisme : Des Chinois de Jean Nieuhof aux chinoiseries - Notes - Bibliographie - Notices biographiques - Index.



"La Chine a toujours exercé une grande fascination sur les Européens Les récits d'un Marco Polo ou d'un John Mandeville ont donné, au Moyen Âge, une vision fabuleuse de l'Extrême-Orient.

"C'est au 17e, puis au 18e siècle que les écrivains européens ont construit "leur image" de la Chine, basée à la fois sur des faits véridiques et sur d'autres, imaginaires.

"Dans le domaine des arts décoratifs, l'Europe à cette époque doit beaucoup à l'art chinois : on imite et on copie les céramiques, les laques, les tissus précieux importés d'Extrême-Orient. Louis XIV à Versailles donne le ton en faisant construire le Trianon de Porcelaine. Au 18e siècle, tous les châteaux d'Europe possèdent un salon chinois. Etrangement, les Européens couvrent leurs objets usuels de scènes de la vie chinoise. Cet engouement pour l'Extrême-Orient donne naissance à ce qu'on a appelé les chinoiseries." [L'éditeur]



 



SUR LE MÊME THÈME