Maxime Real del Sarte - sa vie-son oeuvre - Glandy, Anne André
--VENDU--

Maxime Real del Sarte - sa vie-son oeuvre

Glandy, Anne André

Editions d'histoire et d'art, Librairie Plon, Paris, 1955.
In-12, broché sous jaquette illustrée en noir, 271 pp.

Quelques illustrations en noir et blanc en hors-texte.
Assez bon état. Jaquette et couverture un peu passées, intérieur assez frais.
Préface par Henry Bordeaux, de l'Académie française - Avant-propos - I.La famille. - L'hérédité. - L'enfance et la jeunesse. II. La Cour de Cassation. - L'Action Française. - La fondation des Camelots du Roi. - La mort de son père. - L'interpellation à la Chambre. III. Clemenceau avant et après la guerre. - La prison. - Georges Mandel. IV. Le service militaire. - Le Rougevin. - Le guet-apens de l'Ecole des Beaux-Arts. - Le "Premier Toit". - La guerre. - Henri Vaugeois. V. Le duc d'Orléans. - Les Princes. - Mariage. - Enfants. - Grand prix national. VI. La vie professionnelle. - Les ateliers. - Les oeuvres profanes. VII. L'oeuvre religieuse. VIII. Les monuments aux morts. - La sculpture monumentale. IX. Les relations politiques. - Les compagnons de Jeanne d'Arc. - L'Action Française et le Vatican. X. Le culte statuaire de Jeanne d'Arc. - Jeanne au bûcher. - Le Président Poincaré. - Rouen, Bône, Buesnos-Ayres, Montréal, Tanger, Rome. - Les voyages. XI. La politique d'Action Française entre les deux guerres. - Les assassinats. - Le 6 Février. XII. Billiorte. - Mort de Philippe Real del Sarte. - L'Espagne. - La guerre 39-40. - Le mariage des enfants. XIII. L'occupation allemande. - Les voyages en zone libre. XIV. Les années d'épreuve. - Maurras en prison. - Convocation du Président Auriol. XV. Le maintien de la vie malgré les déficiences de santé. - Les dernières heures. Index des noms cités. Table des matières.

Publié un an après la mort du sculpteur, ce livre d'Anne André Glandy entendait rendre hommage autant à l'artiste qu'au monarchiste engagé que fut Maxime Real del Sarte (1888-1954). Anti-dreyfusard, proche de Charles Maurras, Léon Daudet et Jacques Bainville à l'Action Française, fondateur des Camelots du Roi, qu'il présida jusqu'à sa mort, Del Sarte avait perdu l'avant-bras gauche aux Eparges en 1916. Malgré cette amputation, il poursuivit son oeuvre de sculpteur et remportait en 1921 le Grand Prix national des Beaux-Arts pour Le Premier Toit, oeuvre qu'il avait conçue en 1914 et à laquelle Maurras consacra un poème. Il bénéficia désormais de nombreuses commandes officielles, monuments aux morts, statues de Jeanne d'Arc, statue équestre de Joffre devant l'Ecole militaire... "Ne pouvant manier le ciseau, écrit René Brécy, il a dirigé avec une étonnante maîtrise celui des praticiens, choisis entre tous, auquel il lui fallait confier l'exécution de ses maquettes." L'hagiographie du sculpteur amputé se prêtait parfaitement aux desseins sacrificiels et héroïsants de ce courant politique.
Le sculpteur s'était retiré à la fin de sa vie au pays basque, où il avait fait l'acquisition, en 1935, du moulin de Billitorte à Saint-Jean-de-Luz. Transformé par l'architecte André Pavlosky - figure moderniste du néo-basque- en villa, cet ancien moulin fit l'objet de quelques aménagements supplémentaires de la part du sculpteur, qui intégra notamment nombre d'éléments sculptés dans les façades "conférant à l'ancien moulin un caractère de musée de plein-air." Real fit par ailleurs ajouter un atelier dans le jardin, oeuvre de son ami l'architecte André Bauer.


 
Derniers ouvrages consultés

Real del Sarte - Maxime
>