Discours de M. Alexandre Descatoire, président de l Académie des Beaux-Arts, Institut de France - Descatoire, Alexandre
--VENDU--

Discours de M. Alexandre Descatoire, président de l'Académie des Beaux-Arts, Institut de France

Descatoire, Alexandre

Typographie Firmin-Didot et Cie, Paris, 1945.
In-4, broché,10 pp.

 
Bon état. Couverture légèrement frottée.
 

Ce discours du président de l'académie des Beaux-Arts a été lu lors de la séance solennelle qui s'est déroulée à l'Institut le mercredi 30 mai 1945, la première à se tenir depuis plus de cinq ans.
"Pendant cinq ans, affirme l'orateur, les séances solennelles de l'Académie des Beaux-Arts n'ont pas été tenues sous l'imposante et glorieuse Coupole. [...] Aujourd'hui, dans un Paris libéré et une France qui reprend sa place parmi les grandes nations, nous pouvons enfin convier un public d'élite à une solennité qui affirme la continuité de l'art français."
Descatoire évoque la mémoire des six membres de l'Académie des Beaux-Arts disparus ces dernières années : le compositeur Alfred Bachelet, Prix de Rome 1890, l'historien d'art Louis Hourticq, élu en 1927, le peintre André Devambez, Prix de Rome 1890, le général de Castelnau, membre libre de l'Académie, le graveur Henri Le Riche, Prix de Rome 1886 et administrateur de la fondation Marmottan depuis 1937, et enfin le sculpteur Paul Gasq, Prix de Rome 1890.
Né à Douai en 1874, le sculpteur Alexandre Descatoire devait s'éteindre près de Lille en 1949. Une grande part de son oeuvre a été consacrée aux monuments aux morts destinés à différentes villes du Nord de la France : Douai, Roubaix, Lille... Année faste pour les sculpteurs septentrionaux, Descatoire avait obtenu le Second Grand Prix en 1902, l'année même qui voyait l'Académie décerner le Premier Grand Prix de Rome à Auguste Terroir et le Second Grand Prix à Lucien Brasseur ; Pierre-Victor Dautel devait de plus remporter le Grand Prix de Rome pour la gravure en médailles et pierres fines.

 
Derniers ouvrages consultés

Descatoire - Discours académie
>